Visite de la Cathédrale Saint Maurice, le 12 mars 2020, 14h30

   

Inge Louineau, avec un temps ensoleillé, nous a rencontrés dans la cathédrale. Et notre guide pendant cette visite de 1h30, Magali Decraëne, nous a emmenés directement dehors pour voir ce bâtiment historique et majestueux.  Au début du XIe siècle, l'évêque Hubert de Vendôme fit construire une nouvelle cathédrale romane à nef unique, qui fut consacrée en 16 août 1025.  A peine achevé, cet édifice brûla en 1032. L'évêque Geoffroy de Tours, et plus tard ses successeurs Normand de Doyé, Renaud de Martigny et Guillaume de Beaumont ont décidé de reconstruire la cathédrale.  Le crucifix d'autel fut consacré en 1051, et l'autel même en 1096.  Finalement, la nouvelle église a été finie durant la première partie du XIIIe siècle. 

 

On peut voir les détails gothiques quand on regarde la façade.  Et aussi, on peut apercevoir les styles différents entre le XIIe et XVe siècle. L'altitude des deux flèches sont 70 et 77 m.  Celle du nord fut édifiée en 1518 et celle du sud en 1523.  Et quand on regarde les flèches, on peut aussi remarquer la statue de Saint Maurice (celle-ci avec sa main levée) entouré de ses compagnons.

 Ensuite nous sommes entrés dans la cathédrale et on a vu les nefs monumentales, du style roman. Elles ont reçu au milieu de XIIe siècle des colonnes et des voûtes d'ogives. C’est la naissance du gothique angevin.  Aussi nommé les nefs Plantagenêt.  Très impressionnant, que ce bâtiment fut construit sans équipement moderne.

 On a vu aussi l’autel principal et également les vitraux.  A notre gauche, ils datent du XIIe siècle et à droite, ils datent du 20e siècle parce que les vitraux furent détruits pendant la Deuxième Guerre Mondiale.

 A gauche du maître-autel, nous avons vu une des deux rosaces, réalisées par le maître verrier André Robin en 1451. La rénovation d'un certain nombre de vitraux dans les années 60 fut réalisée par le maître-verrier Jacques Le Chevalier. Côté gauche de l’autel, le vitrail représente Le Dernier Jugement et La Fin des Temps.

Aussi, pour un détail local : derrière l'autel, on peut voir une statue de David d'Angers (1788 Angers - 1856 Paris).  Cette statue est de la Sainte Cécilia (sainte des musiciens) et c’est selon une étude de David d'Angers après une rencontre d'une femme à Rome pendant ses voyages. 

Ensuite, nous avons admiré le maître-autel à baldaquin, en bois doré de style baroque, datant de 1758 (Dennis Gervais) Le baldaquin est inspiré par le baldaquin de Saint-Pierre à Rome. La partie supérieure est en chêne et les colonnes en marbre.

La chaire à prêcher date du milieu du XIXe siècle, récemment renouvelée.  Réalisée en trois ans par un prêtre artiste, l'abbé Choyer; elle relève du style néogothique revenu à la mode au début du XIXe siècle sous l'impulsion d'Eugène Viollet-le-Duc. Elle fut installée en 1870 et bénite par Mgr. Freppel en 1871.  Et on trouve la Place Freppel derrière l'église - pas loin de la Maison d'Adam (1491).

Magali a finalement répondu à nos questions et commentaires, et la visite se terminait vers 15h30.

Texte et photos : Ton Huiskes

Contact

14 place Louis Imbach
49100 Angers

  • 07 49 15 70 49

  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.